News
presented by
10/12/2018

Jovana Stoiljkovic avance dans l'ombre

ACTUALITE : Passée par Le Havre, Nantes et, depuis un an et demi, Brest, Jovana Stoiljkovic continue son chemin en France entamé en 2012 avec une certaine discrétion, mais efficacité, comme le prouve en ce moment à l'EHF EURO 2018.

 

 

Women's EHF EURO 2018, preliminary round game - Group A - Denmark - Serbia in Hall XXL Nantes, Nantes, France 2.12.2018. Mandatory Credit © Anze Malovrh / kolektiff

Jovana Stoiljkovic n’est pas la plus médiatique des joueuses du championnat français ou de l’équipe de Serbie. En club, elle laisse volontiers la vedette à Allison Pineau ou Isabelle Gullden. En sélection, c'est plutôt derrière Andrea Lekic, qui vient de passer la barre des 100 buts dans les EHF EURO qu'elle reste dans l'ombre.

Mais il serait compliqué, pourtant, de la réléguer à un rang de faire-valoir. Les statistiques ne mentent pas, avec 277 minutes jouées sur 300 possibles, l'arrière gauche de 30 a été la plus utilisée par le sélectionneur Ljubomir Obradovic depuis le début de la compétition. "Dans cette équipe, tout le monde a un rôle, mais personne n’est au dessus du voisin. On est toutes importantes, toutes au même niveau, et c’est pour ça que ça fonctionne si bien" résume-t-elle. Mais derrière sa retenue se cache un élément important des équipes dans lesquelles elle est passée.

Arrivée en France en 2012, la Serbe est montée en puissance au cours des saisons, intégrant aujourd’hui un des effectifs les plus talentueux d’Europe, à Brest, aux côtés d’Isabelle Gulldén, Allison Pineau et Ana Gros. Dès sa première saison au Havre (2012-2013), elle marque son territoire et est élue meilleure arrière gauche du championnat. Deux saisons dans le club normand qu’elle terminera en tant que deuxième meilleure marqueuse du championnat avant de rejoindre les bords de l’Atlantique et Nantes.

Après une première saison mitigée, Stoiljkovic fait parler son efficacité et son sens de l’attaque pour marquer 109 buts la deuxième saison et 114 buts la troisième, respectivement à 53 et 56% de réussite aux tirs. En 2017, le club de Brest recrute celle qui fait partie des meilleures marqueuses du championnat pour se renforcer alors que le club s’apprête à jouer la Ligue des Champions pour la première fois de son histoire.

Pièce maitresse de la sélection

Pièce maitresse du collectif de son club, Jovana l’est aussi en sélection. Et si les parieurs ne mettent pas la Serbie parmi les favorites, elle a quand même réussi à se qualifier pour le tour principal de l'EHF EURO avec deux points, l'ayant notamment emporté face au Danemark (30:25).

"Les gens ne mettent jamais la Serbie parmi les favorites des compétitions mais ce n’est pas plus mal, on joue notre jeu dans notre coin, on n’a pas trop de pression et on se contente d’avancer petit à petit dans les compétitions. Je peux comprendre que la Norvège ou la France soit plus souvent citées que nous, mais vraiment, ce n’est pas frustrant. Nous savons ce que nous valons, c’est le principal" explique la Brestoise.

Depuis le début du tournoi, Stoiljkovic a trouvé les filets à 19 reprises, dont une belle prestation à 5 sur 7 aux tirs face à la Pologne en match d’ouverture. Et si ses coéquipières Katarina Krpez Slezak, meilleure marqueuse de la compétition après cinq matchs ou Andrea Lekic, joueuse du match lors de la victoire face au Danemark, brillent durant cet EURO 2018, la force de la Serbie réside dans l’humilité du groupe.

"Pour les gens en dehors de l’équipe, Andrea Lekic est évidemment la star, parce qu’elle joue dans un grand club. Mais pour nous, c’est une joueuse comme une autre. Elle a beaucoup d’expérience et, évidemment, c’est un vrai plus de l’avoir dans notre équipe. Elle ne cherche pas du tout à se mettre en avant" décrypte Stoiljkovic.

La Serbie ne verse pas dans l'euphorie

A l'EHF EURO, après leurs dernières sorties décevantes (15ème en 2014, 9ème en 2016), les Serbes ont envie de montrer ce qu’elles valent vraiment. Elles ont parfaitement négocié les qualifications pour l’EHF EURO 2018 en terminant en tête, face notamment à la Suède et maintenant c'est lors du tour préliminaire du Groupe A de l’EURO 2018 qu’elles ont assuré la première place mais ratant le sans faute face…à la Suède. « Pour l’instant, nous sommes au tour principal, on est évidemment satisfaite, même si on aurait préféré avoir quatre points. Mais cela nous empêche de verser dans l’euphorie" continuait Stoiljkovic avant le début du tour principal.

Après ses deux défaites contre la Russie et le Monténégro lors des premières rencontres du tour principal, la Serbie croisera le chemin de l'équipe de France. Un match pour l'honneur, puisque les Serbes sont désormais éliminées de la course au carré final. Et même si elle n'a désormais plus rien à espérer, l'arrière brestoise aimerait bien terminer sa campagne nantaise sur une bonne note, face à une équipe dans laquelle elle a de nombreuses connaissances. "J’ai joué avec presque la moitié de l’équipe de France, que ce soit à Nantes ou à Brest, et c’est toujours marrant d’affronter des joueuses qu’on connait" sourit-elle, avant d'évoquer la relation qu'elle entretient avec son pays d'adoption : "Je me sens un peu à la maison, c’est très sympa d’être ici avec mon équipe nationale."

Une chose est sûre, Jovana ne montrera pas à quel point ce match est particulier pour elle. C'est une question de valeurs, celles du handball et d'une équipe en mission pour montrer à quel point elle les incarne. 

written by ehf-euro.com